Votre centre de ressources sur l'Union européenne

accueil
Ressources
Actualités

L'UE et Londres 'd'accord' sur les termes d'une période de transition post-Brexit

Partager

"Près d'un an après le lancement de la procédure par le Royaume-uni, un accord a été trouvé entre l'UE et Londres sur les termes d'une période de transition post-Brexit, annoncent lundi 19 mars Michel Barnier et David Davis, les négociateurs en chef du Brexit pour chacune des deux parties.

 

Il y a un accord sur "une large partie de ce qui constituera l'accord international pour le retrait du Royaume-Uni", a déclaré Michel Barnier, ajoutant qu'il y avait en particulier un "accord sur une période de transition" après le Brexit.

 

Cette période de transition est souhaitée par Londres pour éviter les conséquences d'une rupture brutale fin mars 2019, en attendant que soient conclus des accords commerciaux entre l'UE et le Royaume-Uni.

 

Trois problèmes clés à régler

Un accord sur le sujet serait inclus au traité de retrait du Royaume-Uni de l'UE, qui doit régler en particulier trois sujets clés: le sort des citoyens expatriés, la facture du divorce et l'avenir de la frontière irlandaise après le Brexit.

 

"La transition sera d'une durée limitée comme cela a été souhaité par le Royaume-Uni et pendant cette période le Royaume-Uni ne participera plus" aux prises de décisions au sein de l'UE, tout en devant en appliquer les règles, a dit Michel Barnier. Londres conservera en revanche "tous les bénéfices du marché unique et de l'union douanière", a-t-il ajouté.

Les négociateurs ont par ailleurs convenu que les citoyens britanniques et des 27 "qui arriveront pendant la période de transition bénéficieront des mêmes droits que ceux arrivés avant le Brexit" dans un pays européen ou au Royaume-Uni, a ajouté Michel Barnier.

Sur la question de la frontière irlandaise, Royaume-Uni et UE se sont mis d'accord pour intégrer un compromis provisoire: "Nous nous sommes mis d'accord aujourd'hui pour que la solution du 'backstop' fasse partie du texte juridique de l'accord de retrait", a annoncé Michel Barnier, en référence à la proposition européenne de mettre en place un "espace réglementaire commun" incluant l'UE et l'Irlande du Nord, "sans frontières intérieures", en l'absence de toute autre solution satisfaisante."

 

Source : Adrien Oster pour le HuffPost




Voir toutes les actus