Votre centre de ressources sur l'Union européenne

accueil
Ressources
Actualités

"Le meilleur déchet, c'est celui que l'on ne produit pas", retour sur l'événement "1 jour, 1 défi"

Partager

Nous vous en avions parlé sur notre page Facebook, du 23 au 27 novembre a eu lieu la Semaine européenne de la réduction des déchets.

A cette occasion, l'association coutançaise, AVRIL, a alors lancé "1 jour, 1 défi" autour de la thématique du 0 déchets.

L'association AVRIL est une structure associative normande pour l'éducation à l'environnemennt et au développement durable. Elle a pour but de sensibiliser la population à la cause environnementale.

Chaque jour, pour cet événement, l'association a proposé des défis afin de réduire sa production de déchets, il fallait donc partager une photo ou une vidéo sur Facebook montrant notre geste.

Nous vous proposons de découvrir l'entretien avec Luce Palominos, coordinatrice internationale pour l'association AVRIL, avec laquelle nous faisons le bilan de cette action.

  • Comment s'est passé l'événement ?

"Le bilan est globalement positif. Nous avons lancé nos challenges chaque jour sur les réseaux, et reçu chaque jour des photos de défis réalisés que nous avons partagé sur nos réseaux. Nous avons eu des participants aux profils variés, certains sont des particuliers adhérents ou non de l'association, d'autres des structures partenaires. Nos objectifs sur cet événement étaient d'informer la population de l'existence de cette semaine européenne de réduction des déchets et surtout de les sensibiliser à la réduction des déchets : le meilleur déchet, c'est celui que l'on ne produit pas !

Nous souhaitions au travers de cette semaine encourager les participants à faire preuve de créativité pour revisiter leur quotidien de manière plus éco-responsable. Au vu des photos, ça a plutôt bien marché !

Nous avions d'abord visé le territoire de notre communauté de commune (Coutances Mer et Bocage), ce qui a représenté une bonne majorité de nos participants, mais nous souhaitions aussi étendre la communication au plus large. Nous avons aussi eu une dimension européenne pour ce projet, ce qui nous semblait très important. 3 partenaires européens ont relayé l'événement dans leur pays. L'implication des 4 volontaires du CES accueillis à l'association dans cet événement a été un élément clé puisque ce sont eux qui ont créé les défis, ainsi que les vidéos explicatives que l'on a retrouvées tout au long de la semaine. C'est un projet qui a pu être finalisé à distance puisque la situation sanitaire a écourté le séjour des volontaires, qui ont terminé leur mission en télétravail."

  • Que vous évoque l'engouement des participants à l'égard de gestes plus éco-responsables ?

"D'une part, c'était très intéressant pour nous que se soient les volontaires qui créent les défis. En effet, on a pu voir que même habitant dans des régions et pays différents, nous pouvons réaliser les mêmes gestes pour l'environnement et que la problématique des déchets est bien sûr globale. Ça nous a permis de mettre encore plus en avant l'importance de la coopération internationale autour de ces thématiques, ce qui était l'objet aussi de cette semaine !

D'autre part, d'un point de vue plus local, nous avons reçu plus de 60 photos pour une 20aine de participants (particuliers et structures). Ce ne sont en eux-mêmes que des chiffres et nous pourrions probablement faire plus, mais il s'agissait d'un événement virtuel assez nouveau pour nous, nous sommes plus habitué à la sensibilisation directe des habitants autour de l'éco-responsabilité.

Nous avons tout de même pu observer la motivation des personnes qui ont participé, le plaisir qu'ils ont eu à partager leurs gestes du quotidien, des recettes de produits naturels, de repas à base de produits locaux, d'astuces 0 déchets, voir même d’œuvres d'art en matériaux recyclés !

Nous réfléchissons à un moyen de partager ces idées et de valoriser ce qui a été produit pendant cette semaine : pourquoi pas un fascicule avec toutes les idées de recettes et de conceptions qui ont été proposées ?"

  • Comptez-vous réitérer l'expérience l'année prochaine et pourquoi ? Comment souhaitez-vous mettre ça en place ?

"Nous souhaitons réitérer l'expérience en 2021, mais la forme sera probablement différente. Nous étions cette année très limités par le confinement, mais espérons pouvoir organiser des ateliers/rencontres avec du public l'année prochaine, tout en pensant à un moyen de partager cela au plus grand nombre.

Cette année, ce sont les volontaires européens qui se sont impliqués dans le projet, mais nous pensons à impliquer d'autres publics pour l'année prochaine."

 

Pour comprendre l'événement simplement, n'hésitez pas à regarder cette vidéo !

Un article de Célia G. / Volontaire en Service Civique au CRIJ pour Europe Direct




Voir toutes les actus